MULHOUSE - peut-on dormir dans la rue ... ?

Publié le par Eric Citoyen Mulhouse



logo_homepage


Bonjour à toutes et tous,



Je reprends par l'intermédiaire du Collectif SDF-ALSACE le communiqué du Réseau de lutte contre la pauvreté et l'exclusion.


Que fait Martin HIRSCH ?


Que fait RAMA YADE ?


Où se trouve Jean-Marie BOCKEL ?



(hou hou ...) Il y a quelqu'un ???


Dans le pays des 360 milliards d'euros (pour le moment) pour les spéculateurs, les escrocs et les voleurs ... reste t-il deux, trois miettes pour leurs victimes ?



Bésitos



Eric Bloggeur Citoyen





PS : "LA SOLIDARITE" C'est notre seule chance !








etrela.exalerte68@free.fr : 03.89.32.85.4

Mulhouse, le 20 octobre 200

EN 2008 DES DIZAINES DE PERSONNES DORMENT DANS NOS RUES !

Notre collectif d'associations humanitaires, d'hébergement, de réinsertion sociale et de défense des droits de l'homme, dénonce que plusieurs dizaines d'êtres humains n'aient, aujourd'hui, pas de solution d'hébergement pour la nuit.

Le Père Joseph Wrésinski, fondateur d'ATD Quart-Monde, a dit que "Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l'homme sont violés" !

Il y a actuellement à Mulhouse environ vingt personnes tous les jours qui appellent le 115 pour espérer qu'on pourra les héberger pour la nuit et à qui il est répondu qu'il n'y a pas de place, de bien vouloir rappeler plus tard au cas ou de la place se libère. Ces personnes, pour la plupart, rappellent dans la soirée sans plus de succès.

Pire ! Les associations travaillant sur le terrain avec ces personnes estiment à plus de 180 le nombre de personnes qui sont dans la même situation mais n'appellent plus le 115 après l'avoir fait pendant de longues semaines sans aucun succès !

Par ailleurs, la précarité augmente. La Banque Alimentaire de Mulhouse faisait le triste constat récemment que plus de dix mille (10.000) personnes en un mois sont venues demander un colis alimentaire. Cette situation ne s'était pas produite depuis plus de 25 ans ! Quel retour en arrière dans la pauvreté !

Nous sommes convaincus que ces personnes peuvent être mises à l'abri dans des conditions dignes. C'est une question de volonté politique !

Deux courriers à la Préfecture demandant un rendez-vous sont restés sans réponse. Les municipalités, la DDASS sont parfaitement au courant de cette violation des droits de l'homme, mais ne peuvent rien faire. Des places d'hébergement existeraient si l'on avait les moyens financiers de les ouvrir ! Elles seront ouvertes, on le sait, dans le cadre du plan d'urgence hivernale quand la température descend…

Nous demandons l'ouverture urgente de ces places d'hébergement et leur pérennisation pendant toute l'année.

Nous demandons que des logements sociaux accessibles aux plus précaires soient mis à la disposition des milliers de personnes qui cherchent un logement plus décent et plus accessible financièrement que dans les conditions actuelles et la mise en application des mesures proposées par le député Etienne PINTE dans son excellent rapport du 20 juin 2008 sur le mal logement.

 



Publié dans Société

Commenter cet article