The Cure - Charlotte Sometimes

Publié le par Eric Citoyen Mulhouse




Visitez le site : thecure.com


Petite rétro :

"D'abord nommé Malice, puis EasyCure en 1976, The Cure voit le jour par la suite, en 1978. Le trio est composé d'amis de lycée, avec Michael Dempsey à la basse, Lol Tolhurst à la batterie et Robert Smith à la guitare et au chant. C'est Robert Smith, qui écrit toutes les paroles et la plupart des musiques du groupe. L'originalité du premier 45 T Killing An Arab, inspiré du roman L'Étranger d'Albert Camus, assure un début de notorieté au groupe grâce notamment aux fanzines alternatifs. Ils sont rapidement signés par Chris Parry, ex-manager des Jam, qui crée pour eux le label indépendant Fiction Records, auquel ils resteront fidèles de nombreuses années.

The Cure est considéré avec Bauhaus et Siouxsie & The Banshees comme une influence majeure du mouvement gothique, même si Robert Smith s'est toujours moqué ironiquement de ceux qui le classifient dans cette mouvance. Leur style musical inimitable, le développement d'ambiances atmosphériques sombres, claires-obscures et/ou mélancoliques longtemps absentes du rock depuis la fin du rock progressif, ainsi que leur son de guitare particulier, le look et la personnalité "lunaire" et fragile de Robert Smith, influencent plusieurs générations de musiciens.

Après un premier album au son post-punk très minimaliste, Three Imaginary Boys (1979), The Cure produira successivement trois albums plus sombres : le très atmosphérique mais encore pop Seventeen Seconds (1980), Faith (1981), plus gris et désespéré, et le fulgurant et noir Pornography (1982). Pour les amateurs éclairés de Cure et les critiques rock qui n'ont pourtant pas toujours plébiscité le groupe, Pornography est un chef d'oeuvre absolu et inégalé.

Apres cet album et l'explosion du groupe qui en résulte, The Cure opte pour une tournure plus lègère, voire pop, sur The Top (1984) et The Head On The Door (1985), ce dernier album coïncidant avec l'explosion de leur popularité en Europe, et notamment en France. Kiss Me Kiss Me Kiss Me, double album aux sonorités plus variées, suit en 1987.

L'album Disintegration en 1989 marque un retour à une musique plus sombre et mélancolique. Sur cet album, le son Cure se déploie : longs morceaux mélancoliques, son de guitare inimitable (mais souvent copié), utilisation de basse à 6 cordes, arrangements subtils.

Le dernier album, The Cure (2004), ouvre la porte à un son plus dur et une inspiration puisée dans le rock indépendant. Des chansons délirantes ("Alt.End", "Taking Off", "Before Three", "I Don't Know What's Going On") y cotoient d'autres violentes ("Us Or Them", "Lost", "The Promise"), dépressives ("Going Nowhere", "Anniversary") ou psychédéliques ("Labyrinth") .

À ses débuts, le groupe devint rapidement un des fleurons de la new wave brittanique , avec Bauhaus, Siouxsie & The Banshees , (groupe auquel Robert Smith a contribué en tant que guitariste en parallèle de The Cure), Joy Division, Echo and the bunnymen, Section 25 etc .

Durant les vingt-cinq dernières années, The Cure a su durer en explorant des univers différents (cold wave, indie rock, noisy pop, pop, goth rock, prog rock...) tout en développant sa personnalité et son originalité, incarnée notamment par Robert Smith. Il a également influencé de nombreux musiciens et constitue aujourd'hui une référence solide dans le monde de la musique."
      

Aujourd'hui 2 vidéos pour le prix de ... deux !

 

 

 

A bientôt ...

Bésitos

Eric Bloggeur Mulhousien




PS : "UNE BONNE CURE" C'est ta seule chance !

Re-PS : "UNE BONNE DU Curé" NON MERCI !










Publié dans Musique du Jour

Commenter cet article