La crise des subprimes devient un krach...à toi !

Publié le par Eric Citoyen Mulhouse

L'image “http://tempsreel.nouvelobs.com/file/441806.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Bonjour les riches & les riches,

De Krach en Krach... ainsi va l'économie hyper libérale dans le mur... et nous avec !

"Pire crise financière depuis la Seconde guerre mondiale"

"Ça ressemble à des funérailles. Nul ne sait ce qui va se passer ce soir à New York. C'est comme si nous devenions aveugles, comme si nous étions incapables de savoir ce qui est en train d'arriver" (lire ici)

Ils sont aveugles les écono-fumistes, c'est la nouveauté !

Pourtant cette fois , il y a un petit quelque chose de plus...

D'habitude les Krachs sont les fruits pourris de la spéculation, ils touchent ceux qui ont mis les mains dans la confiotte, donc ceux qui ont de l'argent... dommage pour eux mais on ne va pas les plaindre.

La nouveauté, c'est que la crise des subprimes (définition lire ici) "poor crédit" c'est de la spéculation sur la pauvreté.

Les gens "noirs de préférence" par dizaines de milliers sont expulsés de chez eux.

data

Ah, elle est belle l'économie des USA à exploiter la misère.

Il est là le coté abject & indigne  de la chose, c'est la limite avant la spéculation sur la mort.

Mais y a t-il encore des limites dans notre monde ?


La pseudo-libéralisation & la crise de modernisme que traverse notre pays va lourdement contribué à fragiliser l'ensemble de notre système économique, pour notre plus grand malheur et pour le bonheur de quelques uns.

Le Krach des subprimes doit nous servir de leçon car nous sommes les prochains sur la liste.




Nous ne devons pas accompagner le libéralisme, nous devons le combattre !

A bientôt

Bonne journée & bonne chance ... en Sarkoland le pays des caisses vides pour les pauvres.

Bésitos de Bolloré


Eric Bloggeur anti-libéral


PS : "CASSE TON CAC40" C'est ta seul chance !

Publié dans Economie

Commenter cet article

Dominik 23/01/2008 10:53

Ca m'étonnerait que ça nous serve de leçon.
Le dogme libéral n'a plus d'opposants politiques. Le PS n'est pas contre, il veut l'accompagner. A l'étranger, c'est pire encore...