Monputeaux.com gagne en justice face au maire UMP "2"

Publié le par Eric Citoyen Mulhouse

Bonjour,

Je suis en vacance "et encore en Liberté" et je découvre ça :
 
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/medias/20070426.OBS4327/monputeaux.com_gagneen_justice_face_au_maire.html

C'est une bonne nouvelle !

Espérons que le 6 mai 2007 soit la victoire du peuple sur les clans et nous pourrons envisager un avenir plus sereins  pour nos enfants.

Loin des KARCHER et des racailles et plus près de notre devise, LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE...

Allons encourager Christophe...

A bientôt.

Eric

HAUTS-DE-SEINE

 

Monputeaux.com gagne
en justice face au maire

NOUVELOBS.COM | 27.04.2007 | 07:23

Réagissez à l'article6 réactions

 

Joëlle Ceccaldi-Raynaud, députée-maire UMP de Puteaux, et son père Charles, sénateur UMP, sont condamnés pour diffamation.

 

La condamnation de Joëlle Ceccaldi-Raynaud, députée-maire UMP de Puteaux, dans les Hauts-de-Seine, ainsi que de son père Charles, sénateur UMP et ancien maire de la ville, a été confirmée jeudi 26 avril par la cour d'appel de Versailles.
Ils sont condamnés à 2.500 euros d'amende chacun, la première pour diffamation, le second pour complicité.
Joëlle et Charles Ceccaldi-Raynaud devront également payer solidairement 3.000 euros de dommages et intérêts et 750 euros chacun, au titre des frais de justice à la partie civile, à Christophe Grébert, blogueur et opposant socialiste, pour avoir laissé entendre qu'il était pédophile.

Publication du jugement

Déjà, le 5 septembre 2006, ils avaient été condamnés aux mêmes peines par le tribunal de grande instance de Nanterre.
Le jugement devra être publié à leurs frais sur le site internet de la ville et dans l'édition des Hauts-de-Seine du Parisien.
La publication du jugement dans le Journal du dimanche, qui avait été ordonnée en première instance, n'a pas été confirmée en appel.

La gestion de la ville mise en cause

Christophe Grébert, qui est journaliste à la radio RFM et militant socialiste, est poursuivi en diffamation par la mairie de Puteaux pour avoir mis en cause la mauvaise gestion de la municipalité sur son blog, en 2004. Il a été relaxé en première instance en mars 2006.
Devant la cour d'appel de Paris, mercredi, il a plaidé la bonne foi et s'est dit "harcelé" par la municipalité. L'avocat général de la cour d'appel a estimé que les poursuites étaient irrecevables.

 

 

Publié dans Média - regards d'ici

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article