Journalisme - journaliste - charte !

Publié le par Eric Citoyen Mulhouse

Bonjour,

En lien vous trouverez la charte du journaliste,

Instructif  !

Eric


Un grand merci à :
http://poliblog.canalblog.com/archives/2007/04/20/4687975.html

http://ecole.orange.fr/eai72/asp/chart_as.html#aplus

Aucune loi ne fixe les règles du métier de journaliste.
Les journalistes professionnels se sont donc donné des règles morales communes, c'est la Charte du journalisme qui permet aux gens qu'ils informent d'avoir confiance en eux.


Le journaliste est responsable de tout ce qu'il écrit même s'il ne signe pas (anonymat).

Le droit de la presse est constitué d'un ensemble de dispositions légales auxquelles est soumis tout citoyen, journaliste ou non, lorsqu'il fait usage de son droit à l'information.
Il n'y a pas d'autres lois définissant l'exercice du journalisme en tant que profession.
Contrairement à d'autres professions, comme les médecins ou les avocats, le journaliste n'est pas assermenté, c'est-à-dire pas contrôlé par une instance professionnelle (comme l'ordre des médecins ou l'ordre des avocats)
La déontologie est dans le cas des journalistes, un code moral complémentaire que se donne la profession pour assurer sa crédibilité auprès du public et contrôler les relations entre confrères.
Les journalistes professionnels ont un code déontologique énoncé dans un certain nombre de textes élaborés par leurs organisations syndicales.
Le plus connu d'entre eux, la charte du journaliste professionnel, a été élaboré en 1918 par le SNJ (Syndicat National des Journalistes) et révisé en 1938. Il est reconnu en France par la plupart des organisations de journalistes.

LA CHARTE DU JOURNALISTE
    Un journaliste digne de ce nom :
  • prend la responsabilité de tous ses écrits, même anonymes ;
  • tient la calomnie, les accusations sans preuves, l'altération des documents, la déformation des faits, le mensonge pour les plus graves fautes professionnelles ;
  • ne reconnaît que la juridiction de ses pairs, souveraine en matière d'honneur professionnel ;
  • n'accepte que des missions compatibles avec la dignité professionnelle ;
  • s'interdit de d'invoquer un titre ou une qualité imaginaires, d'user de moyens déloyaux pour obtenir une information ou surprendre la bonne fois de quiconque ;
  • ne touche pas d'argent dans un service public ou une entreprise privée où sa qualité de journaliste, ses influences, ses relations seraient susceptibles d'être exploitées ;
  • ne signe pas de son nom des articles de réclame commerciale ou financière ;
  • ne commet aucun plagiat, cite les confrères dont il reproduit un texte quelconque ;
  • ne sollicite pas la place d'un confrère, ni ne provoque son renvoi en offrant de travailler à des conditions inférieures ;
  • garde le secret professionnel ;
  • n'use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée ;
  • revendique la liberté de publier honnêtement ses informations, tient le scrupule et le souci de justice pour règles premières, ne confond pas son rôle avec celui du policier.

Extrait du livre d'Odile CHENEVEZ et le CLEMI
" Faire son journal au Lycée et au collège "
éditions du CFPJ




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article